Expérience de vol en avion :A bord d’Air Madagascar
Par: Laroche Charonne
Posté le : March 13, 2012  Lectures : 1207

L’avion est un symbole du lointain, du rêve d’évasion .On y rencontre des gens de toutes les nationalités. Il y a les grincheux ou ceux qui ont peur de l’avion et n’extériorisent pas leur angoisse. Il y en a de très sympathiques, comme ce gentil papy retraité italien, rencontré à bord d’un ATR 42 d’Air Madagascar. Départ de Mahajanga !

Après une très longue attente dans la salle d’embarquement, et après avoir traversé la chaleur du tarmac, nous sommes enfin accueillis à bord par une hôtesse très aimable et souriante, relayée par une autre qui nous conduit à nos places. Les sièges en cuir rouge sentent si bon. L’avion sent le neuf. Cap sur Tanà !

L’avion s’ébranle tout doucement pour prendre son envol. Et décollage ! La mer s’éloigne petit à petit. Le personnel navigant, imperturbable rassure les voyageurs. Il y en aura pour moins d’une heure de vol, autant se calmer illico. Les filles adorent prendre l’avion. L’une s’est mise à côté de son papa devant l’ainée et moi. Mais toutes les deux prennent le côté hublot.

Une hôtesse distribue des serviettes rafraichissantes et des noix de cajou avec des raisins secs et des cacahuètes. Une autre femme, vêtue de costume de pilote, sa casquette rivée sur la tête et les lunettes cachant ses yeux, sort du cockpit et tout le monde s’est arrêté de manger et la suit avec des yeux tout écarquillés comme pour se demander : mais qui pilote l’avion ? C’est juste la copilote. Première frayeur, on dirait !
On passe dans de gros nuages noirs. Le temps est couvert et nous traversons des zones de turbulences : nous tombons dans des gros trous d’air. Grosse frayeur ! Quelques-uns ont lâché des cris. Les autres gardent les mains agrippées à leurs accoudoirs.

On commence à distribuer une collation : un sandwich accompagné d’une boisson. Mais suite aux perturbations, l’hôtesse semble maladroite et renverse sur moi la moitié de mon verre de jus de fruit.
Le commandant nous annonce qu’on va entamer la descente et nous donne la température à l’arrivée à Ivato, l’aéroport international. Il va faire frais. Grosse différence de température entre la côte nord-ouest et la capitale. Normal, on est au mois de mai.

Les trains touchent terre et l’avion commence à freiner ! Applaudissements et rires de soulagement. Atterrissage réussi, nous sommes arrivés sains et saufs. Une heure d’aventure avec Air Madagascar.

http://www.voyageur-independant.com/